Le Repos – Mickaël Overberg –

Emprunter ce chemin linéique,

Sens unique tracé par l’hégémonie,

A ma gauche nature incivilisée,

A ma droite béton méphistophélique.

 

Marcher, courir, ramper, peu importe,

Il faut continuer, sans sourciller,

Pour passer ce pont haut banc élevé,

Chevauchant le Styx d’une ville morte.

 

Oh non plus guère de soleil, de vivre,

Cette raison solitaire pour moi ivre,

Des espoirs nihilistes d’être bien heureux,

Me gagnent de rejoindre ce ciel nébuleux.  

001_1393

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

7 vues
Michaël Overberg

Michaël Overberg (2)

Lire la suite du même auteur :

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Véronique Monsigny
Membre
29 novembre 2015 16 h 50 min

Merci Mickaël, surtout ne vous hâtez pas trop de rejoindre le ciel nébuleux. Notre ciel de poète est clair et lumineux et nous avons besoin de nouveaux amis… Rêvons ensemble !