Fin de vie – Catherine Messy

 

Fin de vie

Ses bras de supplicié étendus vers les cieux

Semblaient dire: “Mais pourquoi, qu’ai-je donc pu faire

Pour me retrouver là, devant mes congénères?”

Car debout, tout autour, aucun d’eux n’avait d’yeux

Pour lui qui maintenant gisait sur cette terre.

Etait-il donc trop haut, malade ou bien trop vieux?

Faisait-il trop d’ombre, ou gênait-il la vue?

Il attendait la mort, la fin de l’agonie.

Ses racines mises à nu sous un pâle soleil,

Le grand chêne couché voyait autour de lui

Les monticules de terre, qui encore la veille,

Lui offraient  couverture et réchauffaient sa vie.

(Poème extrait du recueil Bucoliques/ EHJ / 2014).

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

2 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Brahim Boumedien
Membre
11 septembre 2016 13 h 10 min

Nombreux, en effet, sont les chênes humains victimes de cette fin… Merci, chère amie, pour ce généreux partage qui donne à réfléchir…