Averse – Colombe Martin

Mille  perles viennent se poser                                                                                                                               Sur les pins desséchés.                                                                                                                                          Leurs branches tant chargées                                                                                                                       Penchent et font s’égoutter                                                                                                                                      Ces innombrables gouttes d’eau                                                                                                                     Comme  pour annoncer                                                                                                                                              A la fin d’octobre encore chaud,                                                                                                                              Le prochain Noël et ses vents glacés,                                                                                                               Comme pour imiter                                                                                                                                                Avec ces pointes scintillantes.                                                                                                                                 Les sapins, de jouets ornés                                                                                                                                        Et de guirlandes scintillantes.                                                                                                                               Puis l’averse s’apaise                                                                                                                                                   Et le bruit de l’eau                                                                                                                                                    N’est plus que murmure.                                                                                                                                            Ce ruisseau déverse                                                                                                                                                   Ses petits cours d’eau                                                                                                                                             Dans la mer d’azur

 

 

 

 

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

7 vues
Martin Colombe

MARTIN Colombe (1)

née à Erévan, capitale arménienne en 1957, lorsque l'Arménie était encore l'une des 15 républiques d'URSS.
D'un père réfugié, selon la Convention de Genève, suite au génocide et d'une mère française née à Reims, tous deux mariés en France en 1932.
Arrivée en France en 1960, j'écris le retour vers la mère patrie maternelle avec difficulté, car trop de souvenirs bouleversants me torturent, mais j'espère arriver à terme, afin de vous faire partager un peu de ce qui fait ce que je suis, aujourd'hui.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
3 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Plume de Poète
Administrateur
24 octobre 2016 6 h 42 min

Oui présentation originale mais belle introduction Colombe !
Nous avons hâte de découvrir vos autres textes.
Bien à vous,
Alain